Prier comme le pharisien ou le publicain

 Par le Starets Syméon 

 La prière n’est pas une activité isolée du reste de la vie. Pour qu’une prière soit une vraie prière chrétienne, il faut qu’elle se déroule sur un terrain de conversion,  où l’on a pris tout à fait le parti du Christ, le parti du Royaume de Dieu. Pour que notre prière soit une prière chrétienne, elle ne doit pas être une prière ajoutée à un mode de vie païen : il faut que notre vie de tous les jours soit déjà bel et bien convertie. Sinon, cette prière va rester inefficace et comme une espèce d’hypocrisie, de mensonge.

 

 

Comme le dit le Christ : « Ce n’est pas en me disant Seigneur, Seigneur qu’on entre dans le royaume des cieux, mais en faisant la volonté de mon Père. » et l’accomplissement de la volonté du Père, les commandements du Christ, c’est cela qui doit faire la trame d’une vie chrétienne. On ne peut pas réduire la vie chrétienne à certaines activités seulement ; aller à l’église le dimanche, s’astreindre à un certain nombre de comportements chrétiens, etc., car cela ne dépasse guère le dressage de la volonté. Ce n’est pas ça qui est en réalité l’essentiel. L’essentiel est de se présenter devant Dieu dans une attitude juste. Or la seule attitude vraie, c’est une attitude de repentir.

 

Vous connaissez tous la parabole du publicain et du pharisien : voila deux hommes qui sont allé prier au Temple. Mais vous voyez bien la différence de leurs prières. Sans attitude de repentir, la prière ne vaut rien aux yeux de Dieu et, à vrai dire, elle empire notre situation. C’est pourquoi il est nécessaire que notre prière soit à l’unisson de notre vie globale, bâtie sur les commandements du Christ. Si on veut progresser dans la prière, qu’on fasse progresser simultanément les divers aspects d’une vie chrétienne complète, qui s’appuie sur ce qu’on appelle les commandements du Christ. C’est en vivant selon ces commandements qu’on peut progressivement passer du vieil homme à l’homme nouveau, faire mourir en nous ces juifs sortis d’Egypte qui devaient mourir dans le désert, avant que la nouvelle génération, l’homme nouveau, puisse progressivement entrer dans le Royaume de Dieu. Car le Royaume de Dieu, ce n’est pas quelque chose qui viendra après le Jugement dernier ou après notre mort, c’est quelque chose en quoi nous devons essayer de pénétrer dès à présent.

-------------------

 (Extraits du numéro hors-série de Buisson Ardent qui lui est consacré, pages 116-117)

Cet extrait se trouve dans le numéro Hors série de Buisson Ardent consacré au Père Syméon.

Ce numéro est disponible auprès de l’association (utilisez la fonction « Nous contacter » puis l’onglet « Buisson Ardent ») ou en librairie (Editeur Cerf, prix 40 €)

 

Père Sophrony: La prière d'intercession de St Silouane
Saint Silouane: La prière chez Saint Silouane
St Nil l'ascète: Sur la prière - N° 2
St Jean Climaque: Sur la prière